MACAO - ROYAL BOURBON - 6 ans environ -

 

1/5

 

MACAO remercie ses marraines , Céline et Cécile

SON HISTOIRE :

1/9

Nouvelle urgence à La Réunion…

Une personne a trouvé ce chien qui est dans un très triste état, dans un coin très isolé de La Réunion. Quand elle l’a vu avec sa peau « d’éléphant », ses plaies très anciennes et nombreuses, ses pattes avant plantigrades, boursouflées, pleines de plaies et sa queue salement sectionnée… il n’arrêtait pas de se gratter… elle n’a pas pu le laisser dans son errance de plusieurs années… elle l’a fait monter dans sa voiture et il a passé la nuit dans un poulailler en attendant de voir pour la suite… c’est là que les premières photos ont été prises.
Elle a ensuite contacté plusieurs Associations pour que l’une d’entre elles le prenne en charge. Elle n’a eu que des réponses négatives. Une Association lui a répondu que, sans famille d’accueil, cela ne servait à rien de l’amener chez le vétérinaire, autant le laisser où il était.


Laëtitia, avec qui nous avons fait plusieurs sauvetages à La Réunion, m’en a alors parlé. Quand j’ai vu les photos, je croyais à une grosse démodécie, je lui ai dit que L’Homme et son Chien le prenait en charge et de l’amener au plus vite chez le vétérinaire, ce qu’elle a fait, mais quand le vétérinaire a vu l’état de ce chien, il a voulu que je l’appelle pour vraiment confirmer que L’Homme et son Chien voulait le prendre sous son aile alors qu’il était en si mauvais état car atopique et pas soigné depuis de nombreuses années, le vétérinaire le considérant inadoptable et nécessitant des traitements lourds et à vie…

J’ai confirmé.

Nous l’avons appelé Macao, il n’a plus de dents en bas et des dents toutes pourries en haut. Ce serait un chien qui a du vivre séquestré dans une cage ou enchaîné, selon le véto, il a mordu du métal pour s’occuper, il ne devait sortir que pour aller à la chasse aux tangues (les hérissons, eh oui !)… C’est aussi un chien qui n’a pas été nourri comme il faut dès sa naissance, d’où ses pattes plantigrades. Un état général désastreux !

 

Donc Macao a eu droit à sa première consultation véto.

 

Son traitement pour commencer : de la cortisone (Dermipred), des antibiotiques et un shampooing spécial. Le snaptest (maladies tropicales) est négatif, c’est déjà ça… Il pèse 22 kg.

 

Il a, désormais, une puce électronique (identification) dans son pauvre cou, une puce L’Homme et son Chien qui lui assure un avenir plus brillant que son passé et ça fait chaud au cœur !

 

Macao a besoin de parrains et de marraines également pour aider à ses frais.

 

Merci d’avance aux personnes qui voudront l’aider !

 

Carole l'aime le soigne, lui fait ses shampoings tous les 2 jours...

C'est devenu un beau et gentil chien heureux de profiter de la vie.
 

Macao cherche des parrains et des marraines.

Merci pour lui !

OCTOBRE 2018

Il est heureux, il est beau...

1/9

MACAO raconte son histoire, à sa façon.

Vous voyez ça ? Et ben c’était moi.

Pas terrible hein ? Ben ouais mais j’ai grandi dans la rue, j’ai croisé des humains pas bien nets ; y’en a même un je vous jure il m’a enfermé pendant j’sais pas combien de temps une cage ! Sans déc’ je me suis ruiné les chicots pour essayer de la défoncer cette saleté. Et les poils ? Ben c’est-à-dire qu’en plus j’ai une dermatite à malassezia. Quoi tu sais pas ce que c’est ? Ben google est ton ami !

Non je déconne, c’est la maladie de la peau d’éléphant : en gros j’ai un excès de cette levure malassezia-là et du coup ma peau se transforme pour de bon en peau d’éléphant, avec l’odeur qui décolle le papier peint et tout. Et j’vous raconte pas la douleur ! Ça gratte bordel mais ça gratte sa race la race de sa grand-mère ! Et donc, ben, plus de poils. Bon à la Réunion on se dit « ça devrait aller », et ben non ! Sous la chaleur la malamachin-là c’est pire !

 

Enfin bon, revenons à nos moutons ; Donc là c’est moi quand une paire de gonzesse me sont tombés dessus. J’ai rien pu faire, j’avais pas la force. Et du coup on m’a lavé, recueilli et tout, pour la première fois de ma vie j’ai dormi entre quatre murs. Et puis la bouffe, mmmh !!! Y’avait de la bouffe qui tombait, plus besoin de se latter avec qui que ce soit ! On m’a amené voir un toubib, j’savais pas ce que c’était à l’époque, pour expliquer aux autres ce que moi je savais déjà depuis une paye ; j’étais pas en forme. Donc du coup on a commencé à me faire bouffer des petits machins blancs tous secs.

Et puis un jour on m’a fait monter dans un grand machin tout bizarre et ça a duré une plombe !

Et je me retrouve dans un bled que j’connais pas, la France que ça s’appelle avec deux autres gonzesses. Et la température c’est pas la même !

On me ramène chez le toubib, il me regarde même pas, il dit que je pue, bon il vérifie pour le principe et il confirme le malamachin. Cool, il vous faut un troisième avais ou ça ira ?

Donc il commence à parler à l’une des deux et lui dit que soit je trouve une maison, je sais pas ce que c’est, soit on m’euthanasie, je sais pas ce que ça veut dire non plus. Mais ça devait pas être bien jojo vu la gueule de la nana quand elle m’a embarqué.

Et là je me retrouve encore dans un bled paumé, y’a une baraque, on me fait entrer.

Bon déjà il fait meilleur et puis y’a une autre résidente, un grand machin tout blanc, plutôt sympa.

On commence de suite par me coller dans une grosse bassine blanche, que je saurais plus tard que ça s’appelle la baignoire, et puis on me fille à bouffer. C’est quoi cette turne ?

Bon pour le couchage on me fille un gros machin épais comme un bottin et tout moelleux, un coussin, bon c’est déjà mieux. Je passe la nuit peinard, au chaud, un peu sur le qui-vive quand même, mais peinard.

Le lendemain matin encore de la bouffe qui tombe, je vais pas me plaindre.

On passe quelques jours tranquilles à se jauger. La clébarde est sympa, déjà elle m’attaque pas et elle me pique pas ma bouffe. Il y’a d’autres humains à coté, plus vieux mais ils ont l’air gentils. Et une autre chienne, toujours contente elle. Et un chat, je l’ai reniflé un peu, j’ai même essayé de le courser pour voir mais il m’a mis une peignée ! J’ai laissé tomber.

Et puis un soir y’a un gros machin qui arrive, un humain, avec plein de sacs, ou le contraire. Il a la même odeur que la maison, il doit être d’ici. C’est un mâle aussi, c’est peut-être le chef de meute. Il me regarde, je le regarde…. Bof il a pas l’air bien méchant. Et puis avec la nana, « tata Carole » si j’ai bien compris, la taulière, ils commencent à parler. Je crois que c’était de moi qu’il s’agissait. Et puis le mec me choppe, il me regarde, je le regarde….. il a l’air gentil en fait. Et j’ai l’impression qu’il m’aime bien.

Puis il a dit un truc du genre « on l’euthanasie pas ce clebs, on le garde ».

Et les jours ont passés. Le taulier m’a vite fait monter sur un truc génial, je sais pas si vous connaissez : le canapé. C’est comme le coussin mais en plus grand. Bon par contre le bain, la Carole-là tous les deux jours elle m’y colle. Elle me recouvre avec un truc bizarre là, tout visqueux et qui fait des bulles. Ca me gave, mais après je sens plus rien ! J’ai plus d’odeur alors je me jette sur le canapé je me frotte, je me gratte, je cours partout.

Bon d’accord avant je sentais l’éléphant moisi mais au moins je sentais quelque chose !

Le dirlo se barre et reviens de temps en temps, ça se passe bien. Régulièrement je vais chez le toubib qui dit que c’est étonnant comment ça va mieux. C’est vrai, je me gratte moins souvent, et puis j’ai des poils qui repoussent.

Après les mois ont passé aussi. Il a commencé à faire beau, la porte était plus fermée et en plus on me mettait un coussin sur la terrasse, pour ma sieste au soleil, comme avant.

Bon en gros avant j’étais clodo, et là j’ai gagné à l’euro-million. La bouffe tombe tous les jours, tellement que je fini même pas ma gamelle. Et là je deviens un vrai chien de famille, je me fais papouiller dans tous les sens, j’ai découvert que je peux faire des bisous et que ça fait plaisir à tout le monde, j’suis en bien meilleur état. Bon le bain ça me gonfle toujours ; j’essaye d’esquiver mais ça marche pas. En même temps ça me soulage quand même.

Les tauliers sont cools, on me promène tous les jours avec les trois autres clebs. Oui y’en a un autre qui s’est pointé après mais je m’entends bien avec lui, on déconne ensemble même si des fois je dois le recadrer.

Du coup, vous voyez tous, ceux qui ont pas voulu m’approcher, et ben tant mieux ! Parce que là maintenant je suis au top ! Je vais me caler ici pour mes vieux jours, me la couler douce et, on espère tous, vivre bien mieux au moins aussi longtemps que ce que j’en ai chié !

Ma vie en fait vous voudriez l’avoir.

 

Le contenu de ce site n'est pas libre de droit.

Merci de nous contacter pour toute utilisation du contenu.

 

Adresse :

L'Homme et son Chien

BP 50044

28131 PIERRES Cedex

FRANCE

 

© 2014 - L'Homme et son Chien 

               Association de Protection Animale

               Loi 1901, d'intérêt général. 

 

Dominique MARCHIONI, Présidente-Fondatrice