BIRDIE

Abandonnée dans un terrain, squelettique et atteinte de furonculose

Vendredi 14 décembre


BIRDIE est retirée par Mme le Maire et la police d'un petit village chez un sinistre individu.

 

Elle a très peur, elle grogne, elle titube, elle n'a plus la force de marcher, ses pattes avant se croisent. Elle est prise de vertiges. Elle tombe, elle se relève. Pour ne pas se faire mordre, les policiers la traînent au bout de sa laisse, pauvre petite créature chancelante. Elle arrive à la fourrière. 

BIRDIE est squelettique. Elle devrait peser entre 20 et 25 kilos. Elle en fait à peine 14. Son corps est irréel. Des bosses et des creux recouverts ça et là de cratères et de plaques, des furoncles, des escarres, des brûlures de cigarettes, des plaies, un gros kyste sous la queue, une vulve très dilatée... 

 

BIRDIE a enduré pendant de longues années des conditions de vie monstrueuses et des souffrances extrêmes : privation de nourriture et d'eau, conditions de détention extrêmes (d'où les escarres), coups violents (portés notamment sur sa tête), torture physique et morale. Elle craint l'humain, surtout les hommes.


Samedi 15 décembre, 10h00


Coup de fil de la fourrière qui m'annonce que, si on ne vient pas chercher BIRDIE, elle va mourir. « Elle est peut-être déjà morte », me dit-on au téléphone. Je leur dis que l'on va venir la chercher, mais il faut encore l'aval de la police.

Une heure après, nous l'avons. Sébastien, un bénévole, saute dans ma voiture et part la chercher. 3h30 mn après, il est à la clinique de Maintenon. Mon vétérinaire m'appelle et me dit : « Mais qu'est-ce que c'est que cette chienne ? ». Je lui réponds « Une pauvre chienne à sauver ! ». BIRDIE, terrorisée, manque de pincer le vétérinaire. Sébastien la conduit ensuite chez Fabienne, qui lui a ouvert sa porte, malgré sa déjà nombreuse nichée.

 

BIRDIE se jette sur l'eau, elle est capable de vider des gamelles entières. Elle dévore la nourriture. On est obligé d'y aller doucement, en plusieurs fois... elle va petit à petit se rassasier. A la fourrière, ils lui avaient donné une grosse gamelle de croquettes, elle s'était gavée, elle avait un ventre énorme. Grave erreur, elle aurait pu mourir. D'où, vomissements et diarrhées et un ventre terriblement gonflé. De bonnes croquettes, un vermifuge, des petites sorties, des gros câlins, BIRDIE doit se demander ce qui lui arrive ! Elle se love dans sa ouverture polaire au fond de son panier.
 

Lundi 17 décembre, 15h30


Rendez-vous chez le vétérinaire. Il la trouve déjà mieux. BIRDIE a peur, signe caractéristique : sa queue est plaquée sous son ventre. Examen général, muselière de rigueur. Elle a peur du véto et de ce qu'on va lui faire. Première mauvaise surprise : les oreilles. Gonflées par des hématomes internes, il est impossible d'y introduire un écouvillon. Heureusement que BIRDIE avait la muselière, car notre vétérinaire aurait eu trois doigts en moins au passage. Elle ne supporte pas que l'on touche à ses oreilles extrêmement douloureuses, car jamais soignées, et qui ont reçu des coups. L'auscultation ne sera possible que sous anesthésie donc remise à plus tard. Remise à plus tard également l'auscultation de sa bouche, il semblerait qu'il y ait pas mal de travail de ce côté-là aussi, mais sous anesthésie générale, plus tard. Vient le moment de la prise de sang. Plaquée contre Fabienne, ça se passe bien. Vient alors l'angoisse des résultats.
 

Ceux-ci traduisent clairement ce qu'a vécu BIRDIE pendant de longues années de maltraitance physique et morale. Des globules rouges au plus bas et des globules blancs au plus haut montrent que BIRDIE est totalement anémiée et qu'elle a une grosse inflammation. BIRDIE a été privée de nourriture et d'eau.

 

Son foie est un peu malade, mais ce n'est pas significatif. Cela rentrera dans l'ordre avec une nourriture de qualité et des bons soins. En revanche, ses reins vont bien, ouf ! La bonne nouvelle est que son organisme est en train de fabriquer de nouveaux globules rouges et donc on peut supposer qu'avec une bonne hygiène de vie et plein d'amour, ainsi que son traitement antibiotique (Clavaseptin), ses bains avec du Malaseb et plein de câlins, notre BIRDIE va reprendre du poil de la bête et être tirée d'affaire. Dans quinze jours, nous ferons un point avec le vétérinaire, puis nous envisagerons un détartrage et une investigation côté oreilles. 

 

 

 

BIRDIE revient de loin, elle a frôlé la mort après une lente agonie dans les mains de son bourreau, mais la chance a tourné !


Le Maire du village a porté plainte pour « Privation de soin ».


Le plus urgent maintenant est de se concentrer sur l'état de santé de BIRDIE. Elle doit en effet reprendre petit à petit du poids et suivre un lourd traitement antibiotique. Il faut que BIRDIE se reprenne peu à peu pour qu'un jour les composantes sanguines s'inversent, à savoir que les globules rouges remontent et que les globules blancs redescendent. C'est la même chose pour ces furoncles, escarres et autres. Les soins seront longs pour qu'elle reprenne un aspect à peu près normal.

Dans trois semaines est prévue une intervention chirurgicale pour le kyste à sa queue et pour sa bouche en piteux état qui la font souffrir, à condition bien évidemment que son état de santé lui permette de supporter l'anesthésie. Il faut en effet être très prudent avec une telle anémie et une telle infection.

BIRDIE devra également se faire détartrer et éventuellement retirer quelques dents. Quant aux oreilles, leurs parois sont pour l'instant trop gonflées de sang pour que le vétérinaire ne puisse faire quoi que ce soit. Ses yeux devront également être analysés, en espérant qu'il n'y ait pas présence de glaucomes.

Ensuite seulement, BIRDIE pourra être vaccinée et stérilisée.

Le chemin est donc encore très long avant que BIRDIE ne puisse se rétablir et retrouver une vie normale, ce qui n'a probablement jamais été le cas auparavant.

 

28 février :

 

BIRDIE a été adoptée hier !

 

Ci-dessous un texte rédigé par Laurence, son adoptante, ainsi qu'une photo très récente.

« Birdie est arrivée chez moi ce matin comme prévu, Fabienne me l'a déposée, puis lorsqu'elle est partie, Birdie a tourné un petit moment et pleuré.

Alors, pour lui changer les idées nous sommes allées chez Moustaches faire des emplettes pour la demoiselle.

Elle a eu un peu peur au début mais après le retour s'est bien passé.

Après nous avons joué toutes les 3 avec Praxy, on s'est bien éclatées !!!

A 16h00, ma mère a mangé une pomme avec les filles, Birdie a bien aimé.

Puis, nous sommes allées faire une grande balade sur les quais de Seine, Birdie a apprécié mais était un peu inquiète de voir l'eau claquer sur les bords... Après la journée est passée et ce soir nous sommes retournées sur d'autres quais et après nous avons dîné, il paraît que c'était la première fois que Birdie assistait à un repas en famille.

Ensuite, gamelle, suivie d'un petit dentastix en dessert ! lol. Voilà  ! nous ressortirons tout à l'heure et après dodo...

Voilà le petit résumé du premier jour. »

 

Decembre 2014

 

Birdie est partie au paradis des chiens....

trop de souffrances passées a des conséquences inexorables...

Laurence, qui l'a aimée, soignée et soutenue pendant 2 ans est effondrée.

Un grand MERCI à elle d'avoir donné de l'Amour, de la joie, des soins, du bonheur  enfin, à cette petite rescapée de l'Enfer. 

On ne t'oubliera jamais, Birdie....

MERCI Laurence !

 

 

 

 

Le contenu de ce site n'est pas libre de droit.

Merci de nous contacter pour toute utilisation du contenu.

 

Adresse :

L'Homme et son Chien

BP 50044

28131 PIERRES Cedex

FRANCE

 

© 2014 - L'Homme et son Chien 

               Association de Protection Animale

               Loi 1901, d'intérêt général. 

 

Dominique MARCHIONI, Présidente-Fondatrice