REGGIE

Ils m’ont dit que ce grand Labrador noir s’appelait “Reggie”, tandis que je l’observais

 

allongé dans son enclos. Le refuge était propre, et les gens qui y travaillaient

 

avaient l’air sympathique. Cela faisait à peine six mois que je venais d’emménager

 

dans cette petite ville universitaire, mais je trouvais déjà que les gens étaient

 

chaleureux et très accueillants. Tout le monde vous disait bonjour quand vous les

 

croisiez dans la rue.

 

Mais une chose manquait encore à ma nouvelle vie dans ce paisible endroit, et je

 

m’étais dit qu’adopter un chien ne me ferait pas de mal. Cela me ferait un peu de

 

compagnie. Et j’avais vu l’annonce concernant Reggie dans un journal local. Les

 

gens du refuge m’ont dit qu’ils avaient reçu de nombreux appels, mais que les

 

personnes qui étaient venues jusque-là ne leur semblaient pas être des “personnes

 

à Labrador”, pour reprendre leurs mots. Ils ont dû penser que j’étais la bonne

 

personne.

Mais au début, je me suis vite rendu à l’évidence et je me suis dit qu’ils m’avaient mal

 

jugé en me confiant Reggie et les objets qui lui appartenaient, qui consistaient en

 

une petite niche, un sac de jouets dont la plupart étaient des balles de tennis encore

 

 

neuves, sa gamelle, et une lettre scellée de la part de son ancien propriétaire.

 

En fait, Reggie et moi nous n’avons pas particulièrement accroché, une fois de

 

retour à la maison. Ça a été la galère pendant deux semaines (le temps que les

 

personnes du refuge m’avaient demandé de lui donner pour qu’il s’habitue à sa

 

nouvelle maison). Peut-être que moi aussi, il aurait fallu que je m’habitue. Peut-être

 

que lui et moi nous étions, au fond, un peu trop semblables…

Je ne sais pas pourquoi, mais ses affaires (mis à part les balles de tennis  ( il n’allait

 

nulle part sans en avoir deux englouties dans sa bouche) se sont retrouvées dans

 

un coin avec le reste des cartons que je n’avais pas encore déballés. Je m’étais dit

 

qu’il n’aurait pas vraiment besoin de tous ces vieux trucs, que je lui achèterais de

 

nouveaux jouets une fois que ça irait mieux. Mais j’ai compris très vite que cela ne

 

serait pas le cas.

 

J’ai d’abord essayé de lui dire les paroles que les gens du refuge m’avaient dit qu’il

 

connaissait, comme “assis”, “reste là” “viens ici” et il écoutait - enfin, quand il lui

 

prenait l’envie. Il n’avait jamais l’air de vraiment m’écouter quand je l’appelais par son

 

nom - bien sûr, il regardait vaguement vers moi après la quatrième ou cinquième

 

fois, mais il reprenait presque immédiatement le cours de ses occupations. Quand je

 

l’appelais encore, on aurait presque cru l’entendre soupirer avant qu’il obéisse enfin

 

à contrecœur.

 

Je savais que cela n’allait pas être possible. Il a mâché deux paires de chaussures

 

et il a détruit l’un de mes cartons. J’étais peut-être un peu trop froid avec lui, et je

 

savais qu’il ressentait cela. Cela ne collait pas du tout entre nous, au point que j’ai

 

fini par attendre avec impatience la fin de la deuxième semaine pour pouvoir le

 

rapporter au refuge. Le moment venu, je cherchais frénétiquement mon téléphone

 

au milieu de mes cartons. Je me suis souvenu que je l’avais laissé sur l’un des

 

cartons de la chambre d’amis, mais j’ai dit cyniquement entre mes dents que ce

 

“foutu corniaud l’a probablement mangé”.

Finalement, j’ai retrouvé le téléphone mais avant d’avoir pu taper le numéro du

 

refuge, j’ai trouvé son panier et d’autres jouets. J’ai balancé le panier dans la

 

direction de Reggie, et c’est là qu’il a commencé à le renifler et à remuer la queue.

 

 C’était la première fois que je le voyais si enthousiaste, mais quand je l’ai appelé, il

 

m'a lancé un regard vide et il s’est couché au sol. En me tournant le dos.

Bon, cela ne va pas s’arranger comme ça, ai-je pensé. Alors, j’ai composé le

 

numéro. Mais j’ai raccroché immédiatement quand j’ai vu l’enveloppe scellée.

 

Ça aussi, je l’avais complètement oublié. “Ok, Reggie,”ai-je dit à voix haute,” voyons

 

si ton ancien maître a des conseils à me donner.”

 

 

 

 

 

 

 

À celui qui adoptera mon chien :

Bon, je ne peux pas vraiment dire que je sois heureux que tu lises cette lettre, que j’ai confiée au refuge en leur disant qu’elle ne pourrait

 

être ouverte que par le nouveau maître de Reggie. Je ne suis pas non plus heureux de devoir l’écrire. Si tu lis ceci, cela signifie que je viens

 

de rentrer de mon dernier trajet en voiture avec mon chien, après l’avoir laissé au refuge. Il savait que cette fois, quelque chose était

 

différent. J’ai déjà emballé toutes ses affaires pour les mettre dans le coffre arrière de la voiture, mais cette fois-là… C’est comme si il

 

savait que quelque chose n’allait pas. Et quelque chose ne va pas… c’est pourquoi je dois tout faire pour que tout aille bien.

Alors, laisse-moi te parler un peu de mon Labrador, dans l’espoir que cela vous aide à vous lier d’amitié tous les deux.

Tout d’abord, tu l’auras remarqué, il adore les balles de tennis. Plus il en a, plus il est content. Parfois je me demande s-il n’est pas croisé

 

avec un écureuil, vu comme il aime les collectionner. D’habitude, il en a toujours deux fourrées dans sa bouche, et il essaye d’en faire rentrer

 

une troisième. Jusqu’ici, il n’a jamais réussi. Tu peux les lancer ou tu veux, il se mettra à courir après - alors attention à ne pas le faire près

 

d’une route. J’ai fait cette erreur une fois, et il a bien failli se faire renverser.

Ensuite, il y a les mots qu’il connaît. Les gens du refuge te l’ont peut-être déjà dit, mais il connaît les mots les plus courants— “assis”,

 

“reste là”, “viens ici.” Il sait aussi donner la patte et il est réactif aux signes de la main. Il fait “couché” quand il a envie - mais je suis sûr que

 

tu pourras travailler cela avec lui. Il connaît les mots “balle” “croquette” et “os”. Je l’ai dressé en lui donnant des petites récompenses. Le

 

mieux pour qu’il ouvre grand les oreilles, c’est des petits morceaux de

 

saucisse.

Il est à jour dans ses vaccins. Appelle le vétérinaire pour récupérer le dossier, c’est un type bien et il te rappellera quand il faudra l’amener

 

là-bas. Mais sois prévenu : Reggie déteste le vétérinaire. Bonne chance pour le faire monter dans la voiture (je ne sais pas comment il sait

 

quand on l’y emmène, mais crois-moi, il sait !)

Enfin, laisse-lui le temps de s’adapter. Je n’ai jamais été marié, alors ça a toujours été juste lui et moi, depuis qu’il est né. Il me suivait

 

partout, alors si tu peux, amène-le en voiture avec toi quand c’est possible. Il a l’habitude, il est propre et n’aboie pas. Il adore sortir et

 

passer du temps avec des gens, et avec moi tout particulièrement. Ce qui signifie que la transition sera très dure pour lui, puisqu’il n’a

 

jamais vécu dans une autre maison que la mienne. Et c’est pourquoi il est temps que je te dise la vérité et que je te donne quelques

 

informations supplémentaires…

Son nom n’est pas Reggie.

Je ne sais pas pourquoi j’ai fait cela, mais quand je l’ai laissé au refuge, je leur ai dit qu’il s’appelait Reggie. Je n’ai tout simplement pas pu

 

leur dire son vrai nom. Si je l’avais fait, cela m’aurait paru si extrême que cela aurait été comme admettre le fait que je ne le reverrais plus

 

jamais. Et si jamais je reviens, que je le récupère et que je déchire cette lettre, cela voudra dire que tout va bien. Mais si tu es en train de lire

 

ceci, alors… alors ça veut dire que son nouveau propriétaire doit connaître son vrai nom. Cela t’aidera à te lier d’amitié avec lui. Qui sait,

 

peut-être même que tu remarqueras quelques changements, s’il te pose des problèmes au début.

Son vrai nom est Tank. Parce que c’est ce que je conduis.

Si tu lis ce message et que tu habites dans le coin, peut-être que tu auras lu mon nom dans les journaux. J’ai dit aux gars du refuge qu’ils ne

 

proposent pas “Reggie” à l’adoption tant qu’ils n’auront pas reçu un appel de la part du commandant de ma compagnie. Tu comprends, mes

 

parents sont partis, je n’ai pas de frère et sœur, personne à qui j’aurais pu confier Tank… Et la seule requête que j’ai fait à l’armée quand ils

 

m’ont annoncé mon déploiement en Irak, c’était de prévenir le refuge… en cas d’”accident”... pour leur dire que Tank était prêt à avoir un

 

nouveau maître. Heureusement, mon colonel adore lui aussi les chiens, et il savait bien vers où ma division avait été envoyée.

 

Il m’a donné sa parole qu’il s’en occuperait personnellement. Et si tu lis ceci, alors cela signifie qu’il a tenu sa parole.

Bon, désolé, cette lettre devient vraiment déprimante même si, franchement, je l’écris juste pour mon chien. Je n’imagine même pas ce que

 

cela aurait été si j’avais dû le faire pour une femme et des enfants… mais quand même, Tank a été ma seule famille au cours des six

 

dernières années. Et à présent, j’espère que tu sauras lui faire une place au sein de ta famille à toi, qu’il s’habituera et qu’il finira par t’aimer

 

tout comme il a pu m’ aimer.


Cet amour inconditionnel, c’est ce que j’ai emporté avec moi, comme une source d’inspiration pour faire don de moi-même pour protéger

 

les autres. Si je devais abandonner Tank pour le faire, alors je suis heureux de faire ce sacrifice. Il était pour moi un exemple d’amour et de

 

dévouement. J’espère l’avoir honoré par mon dévouement envers mes camarades de front.

C’est bon, c’en est assez. Ce soir, je serais envoyé au front, et je dois encore déposer cette lettre au refuge. Je ne pense pas que j’irais dire

 

au revoir à Tank une nouvelle fois. J’ai bien assez pleuré la première fois. Peut-être que je glisserai juste un regard, pour voir s'il a

 

finalement réussi à mettre cette troisième balle de tennis dans sa bouche.

Bonne chance avec Tank. Soigne-le bien, et donne-lui une caresse en plus de ma part, chaque soir, pour lui dire bonne nuit.

Merci,

Paul Mallory 

 

J’ai replié la lettre, et je l’ai replacée avec précaution dans l’enveloppe. Bien sûr, j’avais entendu parler de Paul Mallory, tout le monde en ville le connaissait, même

 

les nouveaux habitants comme moi. Un gosse du coin, mort en Irak quelques mois auparavant et décoré à titre posthume de la croix d’honneur, pour avoir sauvé

 

trois de ses compagnons avant de mourir. Les drapeaux avaient été en berne tout l’été.

Je me suis penché en avant, les coudes posés sur les genoux, et j’ai regardé le chien.

“Hé, Tank,” ai-je murmuré. La tête du chien s’est soudainement redressée, ses oreilles se sont dressées et son regard s’est illuminé.

“Viens par ici.” Il était debout, ses ongles ont cliqueté sur le parquet. Il s’est assis devant moi, la tête penchée, comme s’il cherchait ce nom qu’il n’avait pas

 

entendu depuis des mois.

“Tank,” ai-je murmuré. Sa queue se mit à battre l’air.


J’ai continué à murmurer ce nom, encore et encore, et chaque fois, ses oreilles se baissaient un peu plus, son regard d’adoucissait et son corps se détendait

 

tandis qu’une vague de bonheur semblait le traverser. J’ai frotté ses oreilles, j’ai gratté son dos, j’ai enfoui mon visage dans sa fourrure tout en le serrant contre

 

moi.

“C’est moi, Tank, juste toi et moi. Ton vieil ami t’a confié à moi.” Tank a tendu la tête et m’a léché la joue. “Alors, tu veux jouer à la balle?” Ses oreilles se sont alors

 

dressées d’un coup. “Hein? La balle? T’aimes ça, hein ? La balle ?” Tank s’arracha de mes bras et disparut d’un bond dans l’autre pièce.

Quand il est revenu, trois balles de tennis se tenaient dans sa bouche.
 

 

Le contenu de ce site n'est pas libre de droit.

Merci de nous contacter pour toute utilisation du contenu.

 

Adresse :

L'Homme et son Chien

BP 50044

28131 PIERRES Cedex

FRANCE

 

© 2014 - L'Homme et son Chien 

               Association de Protection Animale

               Loi 1901, d'intérêt général. 

 

Dominique MARCHIONI, Présidente-Fondatrice